Freddy Frog’s Frolic

La gambade de Freddy la grenouille

Just Imagine
Children’s Stories / Histoires pour enfants

Freddy Frog learns that there really is no place like home, no matter how big and juicy the flies and grasshoppers are beyond his little home pond.

Freddy la grenouille apprend qu’on n’est jamais aussi bien que chez soi; peu importe si les mouches et les sauterelles sont plus grosses et plus juteuses au-delà du petit étang de chez lui.

Freddy Frog’s Frolic is told in English and French with amazing coloured illustrations. Plus, at the end of the story, there are questions and key words.

Once upon a time there was a little green frog named Freddy. He was tired of the cozy little pond where he lived, and he decided to explore the world. As of late, the flies and bugs around the pond had become extremely scarce, and the ones left were not quite as fat and juicy as they used to be.

Freddy Frog decided to search for a pond where there were big, juicy flies and luscious, green grasshoppers with crunchy legs. So, out Freddy hopped. Hoppity, hoppity, hop he went.

“Ribbit. Ribbit. Ribbit.”

Freddy didn’t bother to tell his mom and dad, he was only thinking of one thing––the fat juicy flies he would find somewhere else. Freddy’s tongue flicked in and out just thinking about the scrumptious meals he would soon have.

Il était une fois une petite grenouille verte qui s’appelait Freddy. Il en avait assez du confort de ce petit étang où il vivait. Donc, il décida d’aller explorer le monde. Depuis quelque temps, les mouches et les insectes autour de l’étang étaient devenus extrêmement rares, et ceux qui restaient n’étaient pas aussi gros et juteux qu’ils l’avaient été auparavant.

Freddy la grenouille avait décidé de chercher un étang où il y aurait de grosses mouches juteuses et de succulentes sauterelles vertes aux pattes croquantes. Aussitôt qu’il fit son entrée dans ce monde vaste, Freddy la grenouille se mit à sauter. Voilà qu’il sauta, sauta, sauta.

« Coââ. Coââ. Coââ. »

Freddy n’avait même pas pris la peine de dire à ses parents où il s’en allait; il ne pensait qu’à une chose—de grosses mouches juteuses qu’il trouverait ailleurs. Freddy dardait la langue, vers l’intérieur et vers l’extérieur, chaque fois qu’il pensait aux repas succulents qu’il mangerait bientôt.

Leave a Comment

Related Projects